Ma Photo

« Contre les retours forcés en Afghanistan | Accueil | A propos du roman "Le fruit du doute" »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Martine M

je vous souhaite beaucoup de lecteurs pour ce "fruit du doute" qui m'a fait passer un très bon moment

Martine M

Caroline HB

Je vous sens de plus en plus à l'aise dans l'écriture, c'est immense en soi, voilà c'est ce que je peux déjà vous en dire, à chaud.

JF

"Le fruit du doute" se lit avec beaucoup d'intérêt. Le parallèle entre l'abandon et le meurtre est très bien mené , l'analyse est fine ,on adhère du
début à la fin grâce à l'alternance d'humour, de réflexion et d'action.
Je ne doute pas que ce roman
soit très apprécié des lecteurs

Danièle R

j'ai beaucoup aimé ton livre, son humanité, comme toujours chez toi

Marc F-paris

Nous avons lu avec intérêt votre ouvrage plein de suspens et d'humour à propos de choses graves.
Et nous voilà complices de Kevin à qui nous souhaitons de construire son a-venir en se limitant au doux rêve de la Dame
en rouge afin qu'il reste disponible pour se saisir de toutes les occasions
de faire son miel des figures paternelles qu'il croisera et qui l'aideront à être un homme debout, utile à ses semblables.

F. Mercier

J'ai terminé de lire votre ouvrage. Je l'ai lu d'une traite quasiment !
Très prenant, j'ai beaucoup aimé.
Félicitations.

Fanie- Paris 4

oui, un régal, entre point de vue socios, cruautés du quotidiens... personnages touchants, finesses psychos des interrogatoires, ... mais quoi ? c'est quoi cette fin ? d'où sort cette Agathe ? comment la petite graine posée par cet enfant n'a-t-elle pas fait éclore une certaine maternité en elle ? comment n'a-t-elle pas compris, su, senti, en tant que femme que son Berthier était en train de grandir ? comment ne pas l'accueillir à nouveau ? le laisser la faire devenir mère, se laisser aimer, par le futur père et par l'enfant ? désir d'enfant, désir d'aimer, accepter d'être aimé par plus fragile que soi ?... à bientôt, j'espère pour beaucoup d'autres marques d'affections, en tous genres...

RM - Montigny95

MERCI POUR VOS POLARS QUE J'APPRECIE PARTICULIEREMENT.
DE VERITABLES SCENARIOS DE FILMS.

C - Nanterre 92

J'ai beaucoup aimé "Le fruit du doute", même si, au début, j'ai eu l'impression de lire du Fred Vargas (ce qui n'est pas une moindre référence !), ensuite le livre trouve son style. Même si je ne suis pas un spécialiste des questions d'abandon (malgré l'histoire de deux de mes enfants qui fait que je m'y suis un peu intéressé), tout ce que vous écrivez à ce sujet me semble finement observé.
Quant au clin d'oeil sur EDF et son informatique...

MB - Fontenay 78

J’ai terminé "Le fruit du doute" hier soir.
Mes commentaires :
Tu as beaucoup muri dans ton écriture qui est plus fluide, plus souple, plus facile.
Sur le contenu du livre, j’ai apprécié ce décalage 2 à 2 entre les personnages ; j’ ai découvert qu’ils sont ensemble, qu’ils partagent les mêmes valeurs et sentiments et que malheureusement pour eux ils ne sont pas dans le même temps ( c’est souvent le cas dans la vie)
Les intrigues : j’ai plus aimé celle du bébé que l’autre ; pour le meurtre j’ai eu le sentiment que c’était plus « classique » en tenant compte que ta documentation psychiatrique était très fournie
Merci pour ce moment passé à te lire, félicitation pour ce thriller et j’attends avec impatience le prochain écrit

JP - Saint-Cloud

J'ai pris bien du plaisir à lire votre dernier livre où j'ai pu retrouver quelques thèmes du roman précédent, comme une certaine violence féminine, la déchirure entre la vie professionnelle et la vie de couple, l'attachement aux racines ardéchoises... tout en étant captivé par le suspens d'une (double) intrigue bien construite.

Freddy S

merci de m'avoir fait passer un bon moment avec le fruit du doute

Roux

J'ai pris un plaisir personnel à lire "le fruit du doute", merci

JLT

Passionnant !

Daniele Easton - Philadelphie

Votre livre, votre dédicace, une journée complète passée à le dévorer, profitant d'un frimas auquel nous sommes habitués ici sur la côte nord-est des US pour rester au chaud, tout a contribué pour passer un excellent moment en compagnie du "Fruit du Doute".

Je me suis remis en mémoire notre dernière rencontre a Paris où vous aviez évoqué ce thème des enfants abandonnés. J'ai apprécié une fois de plus le style cinématographique de l'intrigue, le tempo de l'enquête et bien sûr les
souvenirs du marché de la rue de Lévis, le square des Batignolles, les rues où j'avais aimé flâner lorsqu'avec Edwin nous passions un mois rue de Turin....

J'ai pensé a PD James, Blood Simple, bien sûr. Son message était puissant
mais presque caricatural. Dans votre roman, certaines des questions sont posées à nouveau, avec nuance... toute une gamme d'options... le bien fondé
de ne pas tenter de retrouver ses racines ou, au contraire, le désir forcené de connaître sa mère, les dilemmes de l'adoption, le choix d'avoir des enfants,
instinct ou option biologique, le débat si souvent remis en cause: nature vs. culture...

Merci de partager votre talent avec des Francais expatriés!

Annick

J'ai offert le 'Fruit du doute' à deux de mes amies : l'une l'a dévoré et s'est du coup jetée sur les autres bouquins de ton désormais vaste catalogue. La deuxième a eu un commentaire très intéressant sur les personnages de femmes qu'elle a trouvé peu sympathiques dans l'ensemble. Bien que jugeant l'intrigue intéressante elle a ajouté que les personnages féminins manquaient un peu de profondeur en termes de description psychologique... Je ne sais pas si tu as déjà eu de tels retours.. Il est vrai que sa remarque est finalement assez pertinente... et sûrement intéressante pour toi l'auteur. J'ai voulu offrir le roman à une troisième amie désormais fidèle de tes romans et hélas... elle va devoir attendre car le stock est déjà épuisé à la fois sur le site de la FNAC et sur Amazon....
Petite question concernant le camarade commissaire du 17ème : pourquoi lui as tu choisi ce nom là ?...
Pour revenir au fruit du doute j'ai dévoré et ça... c'est bon signe ! J'aime bien cette façon que tu as de découvrir et donc de nous faire découvrir à nous lecteurs des univers si différents d'un livre à l'autre. Tout en gardant un lien ténu avec les romans qui précèdent.
Dernier détail : ton commissaire Berthier prend de plus en plus de consistance avec les années qui passent et j'ai toujours plaisir à le retrouver, un peu comme si je retrouvais une personne qui m'est familière.
Pour conclure la prochaine fois demande à ton éditeur d'en imprimer deux fois plus : c'est ça la rançon du succès :-)
Une voisine qui travaille aux Batignolles :-)

JP Clamart

Formidable roman. J'ai lu "le fruit du doute" d'une seule traite. Merci

AO Belfort

J'ai beaucoup aimé ce dernier opus avec une réflexion très riche sur la paternité, le désir d'enfant, le hasard de la naissance.....
On y retrouve les traces ardéchoises, franciliennes et même franc-comtoises; les repères sont là.

Catherine Risterucci

Bonjour,
merci de votre réponse ,que Annick m'a transmise,concernant les personnages féminins du "Fruit du doute".
En fait j'avais bien compris qu'il s'agissait d'équilibre entre le tempo du récit et la densité des personnages.
Mais à la lecture,j'avais quand même un petit regret pour tous ces personnages féminins vite ébauchés. Les problématiques abordées ne sont pas des moindres (abandon d'enfant,mère infanticide,échec du couple)et dans un cadre aussi étroit(200 pages !)il n'y avait effectivement pas d'autre solution.
Néanmoins,aucune inquiétude, l'équilibre est réussi!
Il ne me reste plus qu'à lire les romans précédents ..
Cordialement.

Catherine

PCO Mantes

Je tenais à vous remercier pour ces bons moments de lecture en compagnie de vos personnages.
Malgré la complexité des relations humaines et surtout familiales (et je suis bien placée pour en parler....), votre humour et la personnalité de votre commissaire m'ont bien des fois fait penser aux romans de Fred Vargas.
Bravo et merci encore,

Antoine

Captivant! je l'ai dévoré en quelques jours. Chaque soir j'étais impatient de m'y replonger. C'est très bien écrit, bravo Alain !

MOG Ajaccio

Bravo vraiment bravo, nous avons dévoré le livre et nous avons beaucoup apprécié le rythme, le style et bien sûr l'histoire très prenante.
Un très bon suspense !

AG Lens

je viens de finir "le fruit du doute", que vous m'aviez dédicassé au
salon du livre policier à Lens, il y a qques temps.

J'ai trouvé le livre assez proche du style des séries policières "à la
française" que l'on peut voir depuis quelques années maintenant à la télé.
J'ai bien aimé la fin, en particulier le fait que ce ne soit pas un
happy end.

L'un dans l'autre, une lecture plaisante.

Alain BRON

Merci de votre commentaire de lecture.
Le vôtre m'a fait réfléchir sur la qualité des séries à la française. Il y en a
de différentes sortes avec des scénarios plus ou moins réussis, avec des
lumières en général exécrables, des plans inutiles (il faut bien tenir dans le
format), des acteurs de circonstance... Bref sous l'expression "à la française",
se cachent des téléfilms de très modeste facture qui me font en général fuir. Il
existe néanmoins une ou deux séries bien fichues qui décrivent avec fidélité
l'ambiance des enquêtes policières sans ajouter de pathos inutile ou factice.
Le dénominateur commun de tous ces films est le monde policier français qui, il
faut bien l'avouer, est un concentré d'esprit bien franchouillard. J'imagine que
c'est ce qu'on appelle l'identité nationale...
Dans mes bouquins, je tente de démarquer les personnages principaux de cet
esprit. Dans "Le fruit du doute" par exemple, le commissaire Berthier ne cherche
pas à traquer le Mal pour le Mal. Il se permet de critiquer les institutions (la
sienne en particulier), il explique les crimes par la psychosociologie plutôt
que par la procédure, il ne juge pas. Il est fragile dans un système faillible
qui ne tient que par la qualité des hommes.
Amicalement
Alain BRON

VB Paris 13

Psttt...
Dévoré votre polar en deux demi-journées (surveillance du BTS hier et aujourd'hui)!
Bon rythme, bonne intrigue et humour!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.